Trouvez votre Agence

Les Entreprises et Agences Design & Stand

Brèves & infos

Interview de Béatrice Eastham Green Evénements

Green Evénements est un cabinet conseil en Evénementiel et Développement Durable, en cela quelle est votre mission principale ? Nous aidons les acteurs de l’industrie événementielle à mettre en place une démarche éco-responsable, en lien avec leur métier. Nos clients sont des organisateurs, des gestionnaires de lieux, des concepteurs de stands et l’ensemble de la chaîne de prestations. Le Développement durable est-il compatible avec le développement économique ? Il est essentiel de comprendre que la démarche RSE (c'est-à-dire de développement durable appliqué à l’entreprise) est une démarche de progrès qui s’inscrit dans une recherche de performance globale. Le but de chaque société/structure est de pérenniser son activité et donc d’être rentable. La prise en compte de cette recherche de rentabilité fait partie intégrante de la démarche. Cela ne s’oppose-t-il pas au « business » au sens économique du terme ? Bien au contraire, la démarche RSE que nous préconisons exige la mise en place d’un plan d’action directement lié avec les activités de l’entreprise et donc avec ses vrais impacts en termes de développement durable. Le plan d’action est ainsi toujours réalisé en concertation avec les parties prenantes de la structure (clients, fournisseurs, collaborateurs), ce qui en fait une norme très « business ». Comment engager concrètement une démarche RSE ? Une démarche RSE est une démarche d’amélioration continue. Il ne s’agit pas de donner une liste de bonnes pratiques et de dire que l’on est le meilleur. Pour montrer que l’on est dans une démarche de progrès, il faut tout d’abord bien comprendre les impacts métiers de son entreprise : les impacts négatifs, que l’on tentera de diminuer (par exemple la production de déchets, de gaspillage, de CO2) mais aussi les impacts positifs (retombées économiques sur le territoire, emploi de personnel en réinsertion, etc.), que l’on tentera de pérenniser et même renforcer. La meilleure manière de bien identifier ses impacts est de faire ce que l’on appelle un diagnostic. Cela consiste pour la démarche RSE à aller à la rencontre des collaborateurs de l’entreprise, mais aussi des clients et des fournisseurs, et de leur demander quelles sont, d’après eux, les grands sujets développement durable incontournables pour la structure. Cette approche très concrète permet de placer la RSE au cœur de la vie de l’entreprise et d’aligner la démarche sur le métier. Une fois cette étape réalisée, il est alors relativement aisé de mettre en place un plan d’action. Quel peut être le rôle d’un club de prestataires comme le LEADS dans une telle démarche ? Les associations, fédérations et clubs professionnels ont on rôle évident à jouer pour accompagner leurs membres dans une démarche de performance globale, source de compétitivité et d’excellence. Comment ? En donnant l’impulsion nécessaire pour se lancer. En effet, le plus difficile dans ce type de démarche est souvent la prise de décision initiale. En donnant une vision commune, en mutualisant le temps et les moyens, une association de prestataire crée une saine émulation qui permet à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille et leur « niveau » RSE d’entrer dans cette démarche de progrès. Le LEADS s’engage dans une démarche RSE, comment cela se concrétise-t-il ? Le LEADS regroupe une quarantaine de concepteurs de stands. L’association a une vision très claire des challenges de la profession à court, moyen et long terme. L’objectif du LEADS est clairement de valoriser la filière et aussi de donner les moyens à ses adhérents d’être innovants, précurseurs et responsables. Ils ont  donc décidé de lancer une démarche commune de certification ISO 20121. Il s’agit d’une première en France au niveau d’une telle structure de prestataires. Très concrètement, nous allons réaliser un « diagnostic croisé » de la profession et des adhérents qui permettra d’établir un guide LEADS pour la mise en place ISO 20121. La mise en place sera découpée en 3 paliers et tous ceux qui se seront impliqués dans le diagnostic croisé auront déjà atteint le premier palier.   Pour le moment 18 membres ont fait le choix d’un processus de normalisation ISO 20121, à savoir : Limited Edition, Standpub, FG Design, Stand 2 B, Galis, Altys, Aparté Design, Vertigo Design, Class Affaires Expo, Expo 4, Square Meters Paris, Axial, Technistyle, Equateur, Clamens D&E, Arc International, ALD et L’As Decors. Toutefois, la démarche restera accessible aux autres membres jusqu’à la réalisation du guide de mise ne place de la norme fixé au 1er juillet 2014.