Trouvez votre Agence

Les Entreprises et Agences Design & Stand

Brèves & infos

Parole de designer, interview

Peux-tu nous résumer ton parcours en quelques mots ?
Un parcours que je qualifierai de tout en volume... Une première expérience dans le merchandising qui m'a permis de faire mes armes dans la conception de mobiliers de merchandising destinés essentiellement à l'univers du luxe. Puis, un long séjour de 10 ans dans une agence de communication où j'ai eu en charge la conception de concept et pop up store, avec tout ce que cela implique comme enjeux de communication et de vente. Et me voilà depuis 3 ans, j'allais dire tout naturellement, concepteur-designer de stand.


Qu'est-ce qui t'as amené à travailler dans le design de stand ?
J'aime bien les défis ! Du coup, travailler dans le stand m'est apparu comme une évidence. On joue avec les volumes, les matières, les proportions. On touche à la technique, à la décoration, à la communication. La grande particularité de cet univers est que le cadre dans lequel on évolue y est particulièrement contraint. Le temps et les espaces y sont par nature réduits. Mais les enjeux commerciaux pour l'exposant sont eux toujours importants. Et c'est là que nous intervenons. Pour avoir l'idée la plus forte, celle que les autres n'auront pas, pour trouver la solution technique la plus ingénieuse mais aussi la plus économique, pour dénicher le matériau le plus adapté. Chaque projet à quelque chose d'unique, même si certains codes et règles sont incontournables.


Quelles sont tes influences ?
Elles sont multiples. C'est une nécessité tant les univers dans lesquels nous intervenons sont variés. J'ai quand même une vraie tendresse pour les années 20 et 30, car cela a été une période de créativité, d'invention et d'ingéniosité foisonnante. Sinon je fouine un peu partout. Il faut être curieux pour exercer ce métier. Pas mal d'expos, beaucoup de piges et de collaboration avec des photographes.


Quels sont les outils indispensables à ton travail ?
La base aujourd'hui, c'est l'outil 3D. Il est devenu indispensable à un concepteur- designer de stand. Avec lui, je construis, je forme, je déforme je monte, je dé- monte, je déplace, je décore, j'éclaire. Et si l'alchimie que j'ai imaginé ne fonctionne pas: je détruis et je reconstruis. La 3D ne sert pas avoir l'idée. Jamais. Mais elle sert à vérifier si son idée est la bonne et surtout si l'espace que l'on a imaginé fonctionnera dans la réalité, que ce soit en termes de circulation, d'impact visuel, d'attractivité et de confort de travail.


Quels conseils donnerais-tu à un jeune diplômé qui voudrait se lancer ou se reconvertir dans le design de stand ?
Des conseils ? J'en aurais deux. Le 1er conseil: vérifie que tes deux hémisphères cérébraux, le créatif et le rationnel, soit aussi actifs et performants l'un que l'autre. Et surtout qu'ils soient bien connectés entre eux. C'est ce qui te sera demandé dans ce métier. De la rigueur oui, mais de la folie aussi. Mon 2e conseil : si ta réponse est positive. N'hésites-pas, lance-toi éclate-toi.

Gurvan Dardelet, CONCEPTEUR DESIGNER