Trouvez votre Agence

Les Entreprises et Agences Design & Stand

Brèves & infos

QUE FAUT-IL NOUS SOUHAITER EN 2016?

En ce début 2016, je veux d’abord adresser à chacune et à chacun d’entre vous, à vos proches et vos collaborateurs, mes vœux les plus chaleureux. À l’aube de cette nouvelle année, mon intention n’est pas de verser dans la rétrospective si ce n’est simplement pour rappeler que grâce à vous, qui êtes les forces vives de notre filière, le Leads est aujourd’hui connu par la profession, mais également par des clients et de grands donneurs d’ordres. En effet, outre la fréquentation de notre site qui continue de progresser, je peux vous confirmer sur la foi de retour de nos membres, que notre association ne cesse de gagner en reconnaissance. L’organisation en 2015 de premiers appels d’offres exclusivement ouverts aux membres du Leads n’est pas le moindre des signaux encourageants. Autre évolution dont nous pouvons nous prévaloir de la paternité et qui me fait dire que notre travail n’a pas été vain, est le fait que de plus en plus d’exposants et d’organisateurs de salon aient adopté de nouvelles «bonnes pratiques» que nous avons mis en place. Loin de moi la prétention d’affirmer aujourd’hui que le Leads est devenu la référence dans le secteur du stand et de l’éphémère. Cela dit, force est de constater que certaines deos valeurs et préconisations, elles, font d’ores et déjà référence. Une autre avancée essentielle pour moi et qui fut facilitée par le Leads: la solidarité entre nous. Si nous ne pouvons pas toujours être unis, nous avons cependant fait la preuve que nous pouvions fraternellement agir ensemble. Ainsi, le Leads a été pour nous une force et une aide lors des annulations de salons de fin d’année. Nous avons fait bloc et j’ose penser que nous avons été utiles. Voilà quelques éléments concrets qui me laissent à penser qu’en 2015, nous avons prouvé notre utilité. Qu’en sera-t-il en 2016? Alors que les exposants vont être amenés à opérer des choix décisifs quant à leurs moyens de communication, je voudrais aborder les grands enjeux auxquels nous allons être confrontés. Le processus est du reste déjà enclenché. Il semble que les pouvoirs publics, mais aussi l’Unimev, aient pris la mesure de l’absolue nécessité qu’il y avait à défendre notre média salon. Les premiers l’on fait en rendant public par la voie du Ministre des Affaires Étrangères et du Tourisme l’importance des retombéeséconomiques que générait le secteur. Les seconds se sont emparés de cette cause en menant une étude dont les résultats s’avèrent fort valorisants pour les exposants. À ce jour, deux organisateurs ont par ailleurs consulté le Leads pour intégrer une commission d’aide à l’amélioration des salons et du nombre de prospects pour leurs exposants. Si l’actualité récente semble témoigner d’une encourageante prise de conscience institutionnelle, je reste cependant persuadé que nous demeurons, nous les Agences Design & Stand, les seuls vrais acteurs du destin de nos entreprises, mais également de notre profession dans son ensemble. La question est: comment assurer ce destin ? Et bien je suis convaincu que l’avenir de notre profession repose largement dans notre capacité à «marketer» davantage nos offres, dans notre aptitude à les présenter aux exposants comme de vrais «boosters de business» et pas seulement comme des aménagements d’espace. Nous devons être capables de franchir ce cap décisif pour réussir à faire évoluer le positionnement de notre profession. Quelle image voulons-nous que nos clients aient de nous ? Des faiseurs, des créateurs, des «accélérateurs de chiffre d’affaires» ? Que ferons-nous, que nous ne faisions pas avant, pour que cette image s’imprime dans leur tête? Autant de questions auxquelles il nous faut apporter des réponses nouvelles. Le Leads a déjà montré qu’il voulait être au rendez-vous de cette «révolution culturelle». Il continuera de l’être en 2016, année qui semble devoir encore briller par ses incertitudes et ses menaces. Si j’osais, je dirais: «Quitte à ce que ce soit les meilleurs qui restent, autant que cela soit nous». Mais pour s’en assurer, encore faut-il oser nous regarder en face, accepter d’évoluer et de nous débarrasser d’idées reçues que nous avons parfois encore sur nous-mêmes. Ne cherchons pas à imiter; créons, créons et créons encore; sachons nous réinventer tout en restant nous-mêmes; développons nos points forts et notre expérience, débusquons et affichons fièrement nos talents - dont parfois nous ignorons jusqu’à l’existence. Ce n’est qu’en la ré-enchantant tous ensemble - Leads, agences, syndicats, organisateurs et même exposants - que nous ferons de notre profession un acteur irremplaçable du média salon. Je suis en effet persuadé que la déferlante de la communication digitale, bien loin de le détruire, renforcera le média salon en participant à le rendre encore plus efficace qu’il ne l’est aujourd’hui. Gardons-nous des idéologies. Le digital ne remplacera pas notre métier et la pertinence de notre expertise. Bien au contraire, les virtuoses du virtuel gagneront avec le salon un nouveau marché, en aidant en amont les exposants et les organisateurs à attirer plus de prospects et en aval à prolonger l’événement sur les réseaux sociaux ou à transformer les contacts établis en nouvelles relations commerciales. Bref, le digital doit être vécu comme une opportunité et non un cauchemar. Permettez-moi une dernière réflexion. Notre unité et notre rassemblement autour des valeurs portées par le Leads et ses adhérents ne doivent pas nous faire perdre de vue notre responsabilité vis-à-vis de toute la filière, et plus particulièrement vis-à-vis des prestataires de la profession. Si par myopie, nos entreprises devaient se contenter de voir leur intérêt au seul horizon de leur porte palière, elles détruiraient immanquablement leur tissu économique historique et favoriseraient une concurrence internationale débridée, sans foi ni loi et trop souvent déloyale. Nous nous retrouverions alors en compétition frontale avec des agences étrangères à bas coûts, sans plus aucun prestataire pour y répondre. Avec eux, nous devons donc être attentifs à leurs contraintes, mais aussi les aider à répondre à nos demandes nouvelles. Enfin, je profite aussi de ce temps des vœux, pour vous remercier sincèrement pour la confiance que vous m’avez témoigné et pour les nombreuses marques d’attention et de soutien dont vous m’avez gratifié, tant à l’occasion de débats contradictoires parfois animés, que lors de l’intervention du Leads consécutive aux annulations post-attentats de salons. Merci à tous. Ensemble et depuis que j’ai l’honneur de vous représenter, nous pouvons être fiers des changements considérables que nous avons initié. Il ne tient qu’à nous de les faire prospérer. Je vous souhaite une belle année 2016. FABRICE LABORDE Président du Leads